Créer mon blog M'identifier

Mes chaussures brésiliennes.

Le 30 mai 2014, 10:34 dans Mode 1

Bonjour!

Je voudrais faire découvrir à celles qui ne connaissent pas et aux shoes addict comme moi, des chaussures brésiliennes hautes en couleur, confortables comme des chaussons et à prix modérés!

Ces marques s'appellent Piccadilly, Azaleia et Ramarim. Aujourd'hui je vais vous présenter la première (qui est aussi ma préférée), très axée sur le confort... qui ne se voit pas, mais qu'on apprécie fortement.

C'est parti pour Piccadilly:

     Talons de 7 cm et un confort incroyable! (49€)

 

   Plus classiques, 7 cm de haut et encore un bonheur à porter... (69€)

 

 

 

Mes chaussures de Pin up! Talons de 11 cm et 3 cm de plateau et c'est parti pour une journée de shopping!

(79€, achetée en promo à 49€)

 

J'espère que cela vous a plu, si oui voici le site de la marque: http://www.piccadilly.com.br/BR/home . ( en portugais, il me semble et en mode collection automne/hiver 2014!)

Et pour finir une petite photo de mon meuble à chaussures fait maison, pour vous donner une petite idée de mon niveau d'addiction!

 

 A bientôt,  pour découvrir Azaleia...

Béableuet.

 

 

Faire soi-même son déodorant.

Le 28 mai 2014, 13:00 dans DIY 3

Bonjour!

Il y a quelque temps déjà, je cherchais un déo sans trop d'alcool, sans paraben, sans sels d'alluminium et qui ne soit pas anti-transpirant. Non, non je ne suis pas embêtante...

Vivant actuellement sous des cieux tropicaux, je peux vous dire que cela devenait urgent et après avoir essayé quantité de produits de supermarché et de parapharmacie j'en suis venue à me dire que j'aurai meilleur temps de le faire moi-même!

Alors j'ai commencé à surfer sur le net et voilà ce qu'il en a résulté:

Primo, la matière première: le bicarbonate de sodium. (apparemment n'empêche pas de transpirer)

Secondo, les excipients: l'eau, des huiles essentielles (facultatives), alcool.

Comment procéder? 

La première chose est de respecter scrupuleusement les règles d'hygiène en se munissant d'un flacon d'alcool à 70° et de tout désinfecter: vos mains, le plan de travail, tout le matériel que vous utiliserez.

Ensuite on commence la tambouille:

Pour 100ml de déo:

  1. 100 ml d'eau de source d'une bouteille non encore ouverte;
  2.  une bonne cuillère à soupe de bicarbonate;
  3.  une goutte d' HE de votre choix (pour ma part c'est palmarosa);
  4.  trois gouttes d'alcool à 70° non camphré.( pas jaune).

Mélangez 1. et 2. en remuant à la cuillère pour saturer l'eau en bicarbonate. Passez ensuite la solution au filtre à café pour éliminer l'excédent de poudre. 

A part et de préférence dans un contenant en verre, mélangez 3. et 4. Puis ajouter cette mixture à la précédente et mélanger bien.

Versez la solution finale dans un vaporisateur et c'est prêt!

Résultats de l'experience:

Pour moi cela marche très bien, du matin au soir, même après être passée par la salle de gym, aucune odeur désagréable!

Et puis cela ne brule pas après m'être rasée les aisselles.(contient sans doute trop peu d'alcool)

Cela se conserve 1 mois et pour éviter la précipitation des cristaux de soude éviter de le stocker dans un endroit froid.

Si vous avez d'autres recettes à proposer, n'hésitez pas à les partager ici!

Béableuet.

 

 

Lire, oui mais quoi?

Le 28 mai 2014, 10:07 dans Humeurs 0

 

Bonjour!

Avez-vous remarqué qu'en France la littérature est un sujet sérieux et même treèèèèèèèès sérieux?

Si vous prenez le temps de lire dans les magazines, sur certains sites web, à la télé (ou tout autre support médiatique) les critiques concernant les oeuvres littéraires, vous vous rendrez compte que tout est fait pour vous orienter vers un type de lecture que j'appelle la lecture académique. (Définition: englobe tous les livres ayant reçu un prix et/ou français et/ou dramatique à souhait et/ou que je n'ai aucune envie de lire le plus souvent par esprit de contradiction!.)

Ce n'est que mon ressenti, mais j'ai souvent l'impression de subir un dictat littéraire, d'enfreindre une loi lorsque je choisis un roman qui contient une histoire d'amour qui se termine bien (oui parce que dans les livres académiques l'amour est toujours douloureux, traitre, sadique...) et finalement de culpabiliser! (enfin pas tant que ça!)

Je parlais de la dictature médiatique mais cela va beaucoup plus loin. Il suffit de regarder autour de vous, d'écouter les gens parler, vous savez ceux qui se piquent de littérarure littéraire ( oui parce ce que pour certains toutes les littératures ne sont pas forcément littéraires...) ou même ceux qui n'ont pas ouvert un livre depuis belle lurette et qui vous regardent de haut voire avec commisération, souvent accompagné d'un petit sourire ironique lorsque vous parlez du dernier livre (évidemment non académique) que vous avez lu.

Je me suis retrouvée plusieurs fois dans cette situation: sans l'avoir voulu, je me retrouve à discuter (avec quelqu'un que je ne connais pas très bien, oh! ça rime!) de ce que j'ai pu lire dernièrement et arrive LA question qui a le don de m'énerver:  "Et à part des romans, vous lisez autre chose?" Ma réponse? la voici: "oui, bien sur... je lis mon horoscope tous les jours dans le journal!"                                                                                                                                                                      Alors, pour être tout à fait honnête, ce n'est pas ce que j'ai dis... j'aurais du, mais ce n'est qu'après coup que j'y ai pensé. Non, je me suis fendue d'un timide et pathétique "Heu, non" avec un petit sourire d'excuse, ce qui est pire que tout.  

Mais ça, c'était avant. (comme dans la pub, enfin bon bref...) Parce que maintenant, à cette même question je réponds tranquillement "non" sans éprouver le besoin de disparaître six pieds sous terre ou de me justifer. Et ce pour une raison très simple: il y a assez de contraintes dans la vie pour qu'en plus je m'oblige à lire ce qui ne me plaît pas!

Comprenons nous bien: quand je choisis un roman ce n'est pas pour me valoriser, pas même pour étoffer mes connaissances ( si si, je dois bien en avoir quelques unes) et pas non plus pour améliorer mon orthographe (qui paradoxalement me semble de plus en plus branlante) mais pour passer un bon moment, un moment qui n'appartient qu'à moi et qui l'espace d'un instant me transporte dans un cocon imperméable à la réalité.

Il ne s'agit pas ici de démolir les oeuvres académiques contre lesquelles je n'ai aucun grief, bien au contraire, mais de faire valoir tous les autres genres qui n'entrent pas dans cette catégorie "prestigieuse".

En la matière je ne suis qu'une profane, une lectrice parmi tant d'autres, mais qui a droit à son libre arbitre sans avoir à en rougir,  n'en déplaise aux grands pontes de la littérature littéraire française! (c'est pas trop mal cette expression, je vais essayer de la replacer)

Alors Lecteurs, Lectrices voire Non Lecteurs(trices) (je n'ai pas parlé de ce cas mais j'ai déjà entendu "Comment?! Vous ne lisez pas?!" sur le même ton que si on vous disait: "Comment?! Vous ne vous lavez pas?", encore que cet exemple est discutable: chacun fait bien ce qu'il veut!!!) si vous vous êtes retrouvés comme moi dans ce genre de situation, que vous n'arrivez pas à faire fi de l'opinion des gens bien pensant ou qu'au contraire tout cela ne vous atteint pas le moins du monde, n'hésitez pas à venir en parler pour aider ceux qui se cachent encore (si, si j'en vois toutes les semaines qui tiennent à la main un roman "comme il faut", le regard rivé sur l'étal d'à côté) en allant acheter un roman "à l'eau de rose", de SF ou autre.

Pour finir, vous l'aurez compris, tout cela n'est finalement qu'une question de tolérance. Tolérance vis à vis des autres mais également tolérance vis à vis de soi-même. Et j'ai dans l'idée que cette dernière est parfois plus difficile à acquérir que la première, mais ça c'est un autre débat! (dans lequel je ne me lancerai pas avant mes 60 ans!)

Béableuet.

 

 

 

 

 

 

 

Voir la suite ≫